Vous avez aimé “place aux jeunes”, vous allez adorer “Corona, c’est parties !”

“La connaissance des maladies infectieuses enseigne aux hommes qu’ils sont frères et solidaires. Nous sommes frères parce que le même danger nous menace, solidaires parce que la contagion nous vient le plus souvent de nos semblables”. Charles Nicolle, Destin des maladies infectieuses, 1939.

Vous avez lu « Place aux Jeunes ! », et peut être vous êtes-vous dit « Tout ça, c’est bien gentil ! …mais qu’est-ce qu’il propose ? » ; eh bien justement !

Pour protéger les personnes à risque et le système de santé, la suite logique de « Place aux Jeunes ! », est une solution rationnelle, rapide, efficace, peu coûteuse, voire rentable par rapport à la stratégie qui semble se préparer (tester toute la population, déconfinement progressif…quand il aura lieu, port de masque pour l’ensemble de la population, poursuite de mesures barrières drastiques, surveillance par drones, « tracking » électronique, lois d’exception, etc. et ce pendant des mois, voire jusqu’à la disponibilité d’un vaccin efficace…).

Une solution qui donne enfin toute leur « Place aux Jeunes » !

La vague des premiers infectés est en voie de contrôle et les personnes à risque n’étant plus exposées, il est donc temps désormais d’envisager pour tous les individus disons de moins de 50, voire 60 ans, (personnes vulnérables et professionnels de santé exclus sur la base de recommandations et non d’obligations), un déconfinement total, rapide, sans mesures barrières et accompagné d’une incitation forte à des « Corona parties ».

La population des moins de 50 ans, diminuée des professionnels de santé et des personnes vulnérables, représente environ 40 millions d’individus qui, lorsqu’ils sont infectés par le SARS-CoV-2 font, soit une infection asymptomatique dans l’immense majorité des cas, soit une forme bénigne de la COVID-19 (moins de 30 décès dans cette tranche d’âge en France à ce jour, essentiellement des personnes à risque).

Des « Corona parties » ne seraient ni extraordinaires ni révolutionnaires. Dans les années 50, avant la disponibilité d’un vaccin contre la rubéole (1970), ces « parties » consistaient pour les jeunes femmes non immunisées à se regrouper avec des cas contagieux de rubéole pour s’immuniser.  La rubéole, maladie constamment bégnine chez les enfants et les adultes est en effet la cause du grave syndrome de rubéole congénitale lorsque les femmes non-immunes sont infectées durant leur grossesse. Ces « parties » ne seraient pas forcément judicieuses pour d’autres maladies infectieuses, comme la rougeole par exemple qui est une maladie relativement grave pratiquement à tout âge.

Des « Corona parties », sur la base du volontariat (!), accéléreraient significativement le processus naturel d’immunisation de la population et le renouement actif de liens sociaux distendus.

Le Professeur J.F. Delfraissy, « l’homme de la situation » et du confinement maximal, semble gagner en lucidité ce qu’il perd en cohérence. Il s’est récemment étonné « du plus faible nombre de personnes immunisées que prévu » [sic], estimé à 10 ou 15% actuellement » alors que 60% est la valeur consensus nécessaire pour une immunité de groupe protectrice permettant le déconfinement. Il recommande donc de poursuivre le confinement…imparable !

Qu’on le veuille ou non, à défaut d’un vaccin efficace ou de rester éternellement confiné, chacun d’entre nous attrapera le virus tôt ou tard. Un retour précoce, du jour au lendemain, à une vie sociale et professionnelle normale agrémentée, ou pas, de quelques « Corona parties » pour ceux d’entre nous qui ne sont pas à risque de maladie grave, permettrait en quelques semaines d’atteindre 40 millions d’immunisés pour le SARS-CoV-2. Ils protégeraient ainsi indirectement les non immuns. L’atteinte du seuil de 60%, identifié par des études séro-épidémiologiques conduirait à revoir les recommandations concernant les personnes les plus vulnérables. Cela permettrait enfin et surtout, si l’immunité naturellement acquise est solide, ce qui reste à prouver, et en absence de mutation du virus SARS-CoV-2, de régler le problème de façon pérenne et d’allouer les énormes sommes d’argent actuellement dépensées à d’autres priorités.

 Sources

https://www.imperial.ac.uk/media/imperial-college/medicine/mrc-gida/2020-03-16-COVID19-Report-9.pdf; https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0140673620307467

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/documents/bulletin-national/covid-19-point-epidemiologique-du-9-avril-2020

https://www.immunizationinfo.org/issues/exposure-parties/rubella-parties/

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-10-15-de-la-population-le-taux-de-personnes-immunisees-plus-faible-que-prevu-6803025

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *