“Prévoyez le pire, et vous ne serez pas déçus” dit-on en situation de crise. Il semble que cette belle maxime n’ait pas été intégrée par nos décideurs et gouvernants pour la gestion de la crise Covid19.

Lorsqu’une situation se dégrade et qu’elle commence à avoir 3 paramètres que sont :

  • L’urgence de la prise de décision
  • L’incertitude du lendemain : évolution, ampleur…
  • et L’émotion des populations due une perception de risque, nous pouvons sans trop de doute la labelliser CRISE.

Si vous voulez enlevez le doute, vous ajoutez :

  • La nature sanitaire, de l’événement
  • L’ampleur exceptionnelle de celui ci, et normalement, serait bien stupide celui qui dirait “nous maîtrisons la situation”.

Alors oui, nous sommes dans une situation de crise, depuis décembre. Mais les quelques-uns qui le disaient étaient accusés de provoquer le mal, être pessimistes, psychotiques… et autres.

“C’est une simple grippe. Fin du débat.”

Alors quand il s’agit de :

  • maintenir une fête de club
  • maintenir des vacances à Majorque
  • maintenir des voyages scolaires
  • maintenir des déplacements professionnels
  • maintenir des élections, comment se prend la décision ?

La règle est simple : on fait le choix de la solution, dont les pires conséquences sont les mieux assuméesdans le pire des scénarios. C’est cela être responsable.

Il y a deux scénarios : pour une raison X, en France, l’épidémie se calme. Ou, si la situation se déroule comme en Chine, elle prend de l’ampleur et le nombre de malades explose.

  • Maintenir la fête du club de triathlon, dans le pire des scénarios ou il y a des centaines de malades en région parisienne, on fait la fête avec 120 personnes dans un espace fermé ? Sérieux !
  • Stage de nage à Majorque, il y a des cas en Espagne et dans le Monde, dans le pire des scénarios, on emmène 10 personnes…, au risque de ne pas pouvoir rentrer, d’être malade sur place et en mettant des gens qui ne se connaissent pas à 2 par chambre !!! Sérieux !
  • Maintenir les déplacements professionnels, salles de réunions serrées, openspace… on maintient ou on demande aux collaborateurs de réduire les réunions, de travailler à distance ? Sérieux !
  • Maintenir les élections ou pas… Dans le pire des scénarios, explosion de cas… on maintient, avec des assesseurs face au public dans des espaces fermés toute la journée ou on  reporte ? Sérieux !

“L’expérience c’est ce qu’on a acquis après en avoir eu besoin.” P.Lagadec.

Normalement, en France du moins, avec l’hormone de croissance, le sang contaminé, la canicule de 2003, l’amiante, on devrait avoir de l’expérience. Alors comment se fait-il que nous prenions toujours ces mêmes décisions idiotes ? Même Dan Ariely y perd son latin !!!

Alors oui, j’ai envisagé, de filer au Cap Ferret pour vivre ce confinement… Mais en discutant, j’ai changé d’avis et je suis restée. Pourquoi ? Parce que dans le pire des scénarios :

  • je serai loin des miens s’ils tombent malades
  • je pourrais aussi bien être porteuse de la maladie et participer à sa dissémination sur la presqu’île (et le premier hôpital est à 25 km !)

Alors je reste ou je pars ? Sérieux !

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *