,

Médecin du RAID, de Matthieu Langlois

raiddoc

Alors si il y a un livre qui m’a attrapé le cœur ces derniers temps, c’est bien celui du Dr Langlois : « Médecin du RAID ».

Écrit après les attentats du Bataclan et de St Denis, le livre témoigne à la fois de l’horreur mais aussi de l’engagement de ces hommes hors normes que sont les gars du RAID et leurs médecins.

Humilité : le premier mot qui vient. Ils sont humbles entre eux car à la merci de dingues, de fous furieux, de désaxés et lorsqu’ils partent sur une  mission ils ne savent pas ce qui va se passer. Ils ne jouent pas aux sur-hommes (comme peuvent le faire de petits chefaillons ici où là) ils font le job, avec passion et engagement.

Solidarité serait le second. Les médecins ne sont pas armés… ils savent que la tache des « copains » est de les protéger, comme la leur sera peut être celle de les sauver. Ils sont solidaires jusqu’à l »Omelette » le restau dans lequel ils se retrouvent à la fin de l’intervention pour vider le sac émotionnel.

Adaptabilité : ils sont entrainés, sur entrainés, mais jamais assez, et même s’ils ont prévu tous les scénarios, ils sont prêts à s’adapter à gérer, à improviser car ce qui se présentera ne sera jamais comme dans le pire des scenarios. Entrainé aussi, les médecins, à porter des victimes et intervenir avec l’équipement militaire sur le dos, les armes en moins. A savoir 20kg de protection auxquels s’ajoutent les 10Kg de casque !!!

Capacité de décision : il faut décider en temps réel, avec des bruit de balles qui sifflent, qui soigner. La notion de tri prend tout son sens : Mettre de côté celui qui n’a pas de chance de s’en sortir et intervenir au plus vite sur celui dont l’état permet l’espoir. Regrouper les victimes dans le « nid » afin que les services de secours puissent les sortir du site dans une noria précise.

Mais ce que j’ai retenu surtout c’est cette humanité qui se détache, qui transpire de ce livre. Cette approche de l’humain qui est au cœur de tous les processus de préparation. « Je me prépare car je dois limiter l’impact de mon stress en temps réel sur mon intervention ou mes collègues ; je me prépare à décider afin de sauver le plus possible de vie ; je me prépare aussi à ne pas soigner sur place : mon rôle est juste de trier, stabiliser, extraire…  »

Bref, un livre à lire qui redonne foi en l’humanité. Merci Dr Langlois.

,

Com2Crise et Omnigibus toujours dans le Top des cabinets conseil en gestion de crise

2016-Décideurs-Com2crise.pngIl n’y a pas de mal à se faire du bien… surtout quand ce sont nos clients qui nous plébiscitent.

Com2Crise et Omnigibus figurent pour la 5ème année parmi les meilleurs cabinets en gestion et communication de crise.

Nous en sommes évidemment très fiers. Mais, nous restons humbles. Car dans ce métier, l’égo nous conduit dans le mur… Chaque conseil est pesé et chaque décision que prend notre client est lourde de conséquences…

Alors ce sont nos clients que nous remercions ici… pour leur confiance, leur fidélité, leur courage dans des situations complexes.

,

Manuel de négociation complexe, de Marwan Méry

Nego complexe

Il y a des livres professionnels plaisants et utiles à lire et celui de Marwan Mery en fait partie. Le « manuel de négociation complexe »( Eyrolles, Paris 2015, 2ème tirage) ne permet pas de mener de facto une négociation complexe mais permet de bien comprendre les enjeux, les qualités requises, les facteurs de succès et de motivation, les principes clés à appliquer et repérer les critères de complexité ou éléments déstabilisants.

Le livre est plaisant car structuré, au style simple… loin des poncifs habituels qui vous garantissent ou promettent monts et merveille. Non. La négociation complexe, si elle est structurée est d’abord une affaire de posture personnelle et de travail sur soi. La clé étant la position basse, l’observation et l’empathie : celui qui questionne conduit…

Utile aussi car Marwan Méry aborde l’ensemble des éléments de la négociation : du cadre spatio temporel, en passant par le tryptique des facteurs de complexité que sont les comportements des acteurs (demande irrationnelle, putsch émotionnel, mauvaise foi, mensonge), les situations (menaces, ultimatum, ou négociation impossible) et le potentiel néfaste des interlocuteurs : ceux qui ont des profils pathologiques par exemple.

Et même si nous ne menons pas demain des négociations dangereuses où la vie de personnes sont en jeux, comme le font au quotidien les négociateurs du Raid, nous pourrons facilement vivre les déstabilisations mineures décrites par Marwan Mery : le jeu du « good guy-bad guy » par exemple, ou l’effet « Salami » ou « Colombo » (vous savez le truc de derrière les fagots qui sort et remet tout en cause !!!).

Bref, ce livre est une mine d’or et d’astuces pour tous ceux que la complexité des relations humaines passionne au-delà même des négociations… Bonne lecture. (Et à la question : qu’est-ce que je touche pour cette critique favorable : rien !!! Le plaisir de partager un moment professionnel passionnant !)

 

 

, ,

Neutraliser les profils complexes…

Profils complexes« Comment neutraliser les profils complexes »,

de Laurent Combalbert et Marwan Mery (Eyrolles , 2015)

Comment une simple lecture déclenche une vraie réflexion (et une formation mais c’est un autre sujet !). J’ai dévoré le livre de Marwan Mery et Laurent Combalbert.. . Une première fois, puis j’y suis retournée avec mon marqueur !!! Une structure claire en 4 chapitres dans une écriture limpide.

Le premier chapitre porte sur l’approche globale et le comportement à adopter pour prétendre gérer ou neutraliser les profils dits complexes… C’est d’abord une affaire de travail sur soi et non une baguette magique avec quelques astuces. J’adopte la posture et valide à 100% ce postulat qui change des livres qui « donnent des recettes ».

Ensuite 9-8-7… comme un moyen mnémotechnique…

9 profils opposants, parmi lesquels le ventre mou, la girouette, l’agressif, le bon samaritain (envahissant), l’égocentrique, le réfractaire au changement ou celui qui est toujours de mauvaise foi !!! Bref, on les connait tous, mais on se sent souvent désarmé par leur aplomb ou leur rhétorique…

8 profils difficiles dont le narcissique, le paranoïaque, l’histrionique… Sachant qu’il n’est pas simple de distinguer le psychopathe (merci les films !!!) du sociopathe, du schizoïde… Voilà quelques éclaircissements bien pratiques.

7 profils critiques dont le suicidaire, le pervers, le violent, le psychotique. Il est aussi rassurant de se dire que parfois la fuite et la protection sont les meilleurs voire les seuls moyens de neutralisation.

L’écriture est simple et dynamique. Pas de froufrous… la définition avec un exemple est suivie d’une recommandation sur les conduites à tenir et celles à éviter.

Et si, à l’issue de la lecture, chacun de nous se sent un peu psychopathe, histrionique, pervers… à ses heures, le point clé à retenir est que le profil complexe ou critique est celui qui adopte durablement les comportements décris, en souffre et fait souffrir son entourage… Ouf !!!

Bref, un livre à mettre entre toutes les mains de ceux qui font face à quelques éléments histrioniques, réfractaire à l’autorité ou au changement, ou de mauvaise foi dans leurs entourages personnels ou professionnels.

, ,

Com2Crise et Omnigibus dans le TOP 10 de Décideurs, 2014

Decideurs-2014Com2Crise et Omnigibus sont tous les deux cités dans le Guide Décideurs, parmi les meilleurs spécialistes de la communication de crise. C’est la troisième année consécutive et nous en sommes (humblement) fiers…

Nous remercions nos clients pour leur confiance renouvelée et, en échange, nous nous réengageons à leurs côtés avec toute notre énergie, notre enthousiasme, notre persévérance, notre créativité et réactivité… bref, notre passion !

, ,

Com2crise a une « forte notoriété » selon DECIDEURS

Décideurs Classements 2014-001Le guide Décideurs sort chaque année un classement Risk Management, Assurance et Contentieux. Guide de référence qui recense les professionnels du secteur après  enquête indépendante.

Com2Crise est identifié dans la catégorie Agence en communication de crise, comme ayant une « forte notoriété ».

Nous sommes très fiers de figurer dans ce classement. Nous remercions notre partenaire Olivier Doussot qui avec Omnigibus son cabinet de media training nous apporte un soutien considérable dans nos interventions. Il est une partie importante de notre réussite.

,

Comment liquider les objets promotionnels obsolètes et transformer l’opération en action humanitaire ?

tombolaCas d’entreprise : comment liquider un stock d’objets promotionnels importants en restant éthique ? C’est à dire sans gâchis en période de crise.

  • La problématique (cas réel !):

Le changement de nom de l’entreprise rend son stock d’objets promotionnels obsolète. Du fait de son secteur d’activité et de son action marketing importante ce stock comporte des objets de valeur (foulards et cravates en soie, cartables, stylos, draps de bain, cahiers et blocs notes, beaux calendriers, agendas en cuir…).

Cette entreprise, basée à Lyon, dans le domaine de la santé (donc avec les problématiques des dépenses de soins et remboursements) se veut citoyenne et éthique et même si les objets sont obsolètes, se refuse à un simple passage en benne !

  • Solution : une tombola interne… qui deviendra humanitaire !
  • Idée de départ formulée sous forme de questions :
  1. Comment faire pour que les salariés des fonctions de supports (type RH, Compta, Administration générale…) puisse bénéficier « pour une fois » des objets promotionnels de l’entreprise ?
  2. Comment éviter de « donner » des objets en les abolissant de leur valeur commerciale ?
  • Début de solution :
  1. Pourquoi ne pas faire une tombola ?
  2. Et du coup, si nous faisons une tombola, pourquoi ne pas donner l’argent à une association humanitaire régionale… et combiner ainsi la distribution des objets et une action sociale… donner du sens, encore et toujours, à des objets qui n’en n’ont plus !!!
  • Principe retenu :
  1. Valider le principe de la tombola avec la DG de l’entreprise et identifier un chef projet.
  2. Identifier toutes les contraintes réglementaires, juridiques, RH… telles que : collecter l’argent des collaborateurs : sous quelle forme, avec quelle garantie, par qui ?
  3. Récupérer tous les objets promotionnels en interne, dans tous les services, auprès de tous les chefs de produits en brisant les résistances de ceux qui auraient bien voulu en faire des cadeaux personnels à leurs amis et familles !
  4. Bâtir une liste exhaustive de ces objets et faire une évaluation du stock en termes de valeur marchande.
  5. Mobiliser des prestataires tels que des agences de voyages, des fournisseurs d’objets promotionnels, quelques restaurants locaux, afin d’obtenir des lots complémentaires pour donner encore plus de valeur et d’attraits à l’opération.
  6. Vendre les tickets en interne (sur site ou par correspondance) 2 euros. Une somme modique accessible à tous et qui permet l’achat potentiel de plusieurs tickets !
  7. Identifier l’association humanitaire locale à laquelle destiner ce don.
  • Contraintes :
  1. Mobiliser la direction générale : afin d’obtenir le soutien complet sur l’opération, l’autorisation d’utiliser des salles pour le stockage et le soutien dans la récupération des objets ! Valider avec la direction générale tous les éléments de communication au fur et à mesure.
  2. Mobiliser le service juridique et valider avec lui un règlement de tombola officiel pour éviter les litiges ou prévoir leur mode de règlement. Notamment mobilisation d’un huissier pour le dépôt du règlement.
  3. Mobiliser le service juridique et la DRH pour l’autorisation de récupérer des fonds de la part des salaries. (Une entreprise n’est pas censée faire du commerce avec ses salariés)
  4. Informer les CE / DP de la mise en place de l’opération et obtenir leur soutien.
  • Rebondissement !
  1. Dans le cadre de son soutien, la Direction générale annonce un abondement de 100%… pour chaque ticket acheté par un salarié, la société verse la même somme.
  • Actions :
  1. Mise en place d’une communication par voie d’affichette aux machines à café pour les salariés du siège et un mail aux salariés des forces de vente avec ouverture d’une vente par correspondance pour ces derniers.
  2. Choix du tarif 2 euros le ticket.
  3. Annonce que tous les tickets sont gagnants et que tous les lots seront gagnés.
  4. Publication officielle de la liste des objets qui seront regroupés ensuite en lot afin qu’aucun objet ne soit pas distribué, et que tous les tickets soient gagnants. Ce qui a supposé une énorme contrainte logistique : attendre de clôturer la vente des tickets pour répartir les lots dans le nombre de sacs correspondants.
  • Résultats attendus :
  1. Sur les 400 salariés de l’entreprise, force de vente et siège : 2 tickets par 50 % de la population. Soit 400 tickets…C’était notre hypothèse !!!
  • Résultats :
  1. 780 Tickets vendus !
  2. Soit un chèque de plus de 3000 euros remis à l’association… en liquidant les objets publicitaires !!!
  • Résultats qualitatifs :
  1. Une communication positive sur le changement de nom !
  2. Un événement sympathique qui change de la traditionnelle galette des rois !
  3. Des salariés contents de gagner des lots !
  4. Des managers contents d’avoir gagné de la place !
  5. Un stock d’objets liquidés dans une bonne ambiance et avec éthique.
  6. Une association humanitaire régionale qui reçoit un chèque !
,

Transfert de la crise du NYCM et mélange d’émotions

Alors bien sûr il y a maintenant un transfert de la crise du marathon. Normal. De quoi s’agit ils ? Durant les jours de la témpète et jusqu’à la décision d’annuler d’hier, la crise était entre les mains du Maire. Annuler ou pas ? Les tours opérateurs français et autres, qui ont vendu près de 1500 à 2500 euros les 5 jours avec le dossard attendaient la décision et tentaient tout ce qu’ils pouvaient pour rester en contact avec leurs clients et les informer…

Ok on embarque, le marathon aura lieu. Atterrisage à NY et là : changement de plan ! Entre temps, course annulée. Alors on a dépensé 2000 euros, nous sommes sur place, nous occupons les hôtels, nous dépensons des sommes folles pour manger… et pour le TO… no responsability ! Il a fait son boulot, lui !!! Il a informé, il a suivi la décision… il a transporté ! Et maintenant les clients râlent car la prestation à 270 euros qui est la course n’aura pas lieu ! Une colère bien légitime retournée donc contre le TO, faute de pouvoir l’exprimer au Maire… Mais le TO lui n’y est pas pour grand chose ! Il est aussi du côté des victimes… de la mauvaise gestion du Maire.

Au fait… y avait il des coureurs qui dans leur empathie pour les victimes avaient décidé de ne pas y aller ? Avaient annuler de leur côté ? J’aimerais le croire. Mais ce que je pense de notre nature humaine ne va pas dans ce sens. En effet, si le coureur annule il perd tout son argent… sauf à trouver un médecin complaisant pour un certificat médical (de tempête) et avoir pris l’assurance annulation de dernière minute.

Alors oui, chers coureurs, votre colère est légitime et en même temps elle m’écœure car elle montre votre égoïsme et votre capacité à courir dans un monde dévasté en dépensant des sommes considérables pour un marathon survendu.  Bonne chance et bon courage aux TO dans cette galère et encore une fois merci Monsieur le Maire.

http://www.sudouest.fr/2012/11/03/colere-et-soulagement-apres-l-annulation-tardive-du-marathon-de-new-york-869559-4754.php

,

Le sport à l’école… de l’humiliation

B20

Perso, j’ai un excellent souvenir de Mme Guigou… ma prof de sport de première et terminale. J’étais dans une école privée et c’est vrai pas la moins douée. Mais c’est surtout la rencontre avec cette femme dans les années 1980, qui m’a fait aimer l’effort, la transpiration, le challenge. Elle m’a aussi appris le respect des règles de jeu et des adversaires. Elle m’a poussée et parfois m’a fait pleurer… mais grâce à elle j’ai eu mon bac : il me fallait les points de gym, sinon c’était rattrapage !!!

Qui elle était ? Une femme, un peu forte, pas sexy, rouquine, pas très grande. Un grand sourire et une poigne incroyable quand elle nous faisait les « parades » en gym. Elle avait sa manière et c’est vrai qu’elle était peut être élitiste…
En première nous sommes 6 ou 7 filles à sortir du lot et elle nous emmène dans des compets inter-lycées le WE. Elle ne devait pas être payée en heures sups… elle le faisait car elle voyait que nous gagnions et que nous étions heureuses de ces réussites !

En entrant en terminale, nous récupérons une autre prof… Grosse déception ! Mais grande idée. Nous sommes les 6 à être d’accord pour préparer le bac gym du mieux possible… nous allons voir Mme Guigou (C’est comme cela que nous l’appelions… euh, dans les coulisses on disait « Guigou »!) : « vous seriez ok pour nous aider à préparer notre bac gym en plus des cours normaux avec notre autre prof… nous on veut faire de la gym et de l’athlé avec vous… ? »

Sa réponse : « Ok les filles, ça marche pour moi. Mais il y a un deal : je m’occupe de la salle, on travaille ensemble tous les mardis midis. Vous irez vous échauffer au gymnase et vous y trouverez sur le tableau les exercices à faire pendant que je déjeune vite fait… si vous n’êtes pas échauffées quand j’arrive, pas de cours ! Et vous rangerez la salle à chaque fois à la fin ? C’est d’accord ?  »

En quelques mois, notre niveau décolle. Et bien sur cela se voit « dans le cours officiel »… il y a les 6 et les autres. Alors en mars, elles veulent nous rejoindre. Nous sommes hésitantes… Pour être claire, cela nous « gave grave » de voir se radiner les copines qui n’ont rien fait depuis septembre alors que nous sommes à 2 mois du bac. Mais Guigou est fairplay. « Ok, vous venez, mais vous prenez le cours en route… à vous de récupérer! » Ouah, elles ont tenu quelques cours et ont laissé tomber, parce que s’échauffer seules, préparer le matériel, ranger le matériel, vite fait avaler un sandwich dans les escaliers… c’était pas leur truc.

Alors, oui le sport c’est l’école de la vie… et la compétition en fait partie.

Mais tous les élèves n’ont pas la même appétence pour l’effort, le challenge,la compet, ni le même talent… alors quand trouverons nous des jeux sportifs, de la corde à sauter, des jeux d’adresse et surtout quand donnerons nous aux profs de sports l’approche psychologique nécessaire pour faciliter l’envie et la motivation…
Avec un peu de liberté et de capacité d’innovation… ca doit être possible. Encore faut il que le sport soit soutenu par l’hygiène corporelle, donc le possible recours à la pudeur et à l’intimité… soutenu aussi par l’hygiène alimentaire… Bref, encore une fois seule une approche holistique du corps et systémique du sport peut nous permettre de faire face à cette humiliation décrite dans le papier ci dessous.

http://www.rue89.com/rue89-sport/2012/11/03/pourquoi-le-sport-lecole-est-souvent-vecu-dans-lhumiliation-236663